Actualités

Réunion publique vendredi 17 novembre à 20h

Nous organisons à nouveau une réunion d’information publique, à la salle de la Halle (devant la place du marché) de Riom-es-Montagnes, le vendredi 17 novembre à 20h. Vous êtes cordialement invités, comme tous les habitants de la Communauté de Communes du Pays de Gentiane, ainsi que leurs élus communautaires et départementaux, et les médias locaux.

Pour ceux d’entre vous qui étaient venus à notre réunion de juin dernier organisée à Trizac, sachez que la présentation sera différente (pas totalement, le problème reste malheureusement le même), car plusieurs évènements ont eu lieu cet été. Et pour toutes et tous, merci de venir nombreux, votre présence est importante pour montrer que nous restons très mobilisés !

Le mât de mesure du vent sera mis en place cet automne

Le panneau réglementaire de déclaration préalable de travaux a donc été posé, entre le 10 et le 13 juillet, aux « 4 routes » de nos pistes des montagnes, devant la montagne de Marlieux où le mât de mesure du vent doit être installé cet automne. La mesure du vent est obligatoire pendant un an pour évaluer la faisabilité du projet et déposer un permis de construire pour le parc éolien.

On remarquera qu’il n’y a jamais eu, de mémoire d’homme, de moulin à vent sur les planèzes de Trizac, car le vent y est particulièrement instable, en force comme en direction. Le Cantal fait partie des zones les moins ventées de France, mais qu’à cela ne tienne, les éoliennes sont tellement subventionnées, que même si elles ne tournent pas ou fournissent très peu d’électricité, elles sont néanmoins rentables pour le promoteur …

Succès de la réunion publique d’information

La salle des fêtes de Trizac était bien remplie vendredi soir avec plus de 150 personnes venue chercher des informations sur les éoliennes.

Louis Mosser, agriculteur et président de l’association « Vent des Planèzes de Trizac » a ouvert la séance avec quelques mots de bienvenue, en remerciant particulièrement les élus de la communauté de communes du Pays de Gentiane d’être venus s’informer.

Anne Toty, scientifique membre de l’association, a présenté un diaporama pour expliquer, chiffres officiels à l’appui, pourquoi les éoliennes ne sont qu’un leurre écologique, qu’elles ne sont pas intéressantes d’un point de vue économique pour la France, la région, ou les finances de la commune de Trizac, qu’elles risquent fort de mettre en faillite les fermes des propriétaires terriens qui ont signé une promesse de bail avec le promoteur, qu’en défigurant nos montagnes pour des décennies, elles compromettent le développement touristique local et dévalorisent les biens de tous les habitants de la région et enfin, qu’elles sont reconnues nuisibles pour la santé par l’Académie Nationale de Médecine.

Louis Toty, médecin et secrétaire de l’association, a pris la parole quelques minutes pour apporter des informations sur le syndrome éolien et préciser que l’Académie de Médecine avait demandé une distance minimale de 1500 m entre les éoliennes et les habitations, mais que celle-ci reste à 500 m sous la pression du lobbying éolien industriel.

Puis une discussion constructive a été menée par le président, qui a su veiller à ce que le débat reste courtois malgré quelques divergences d’opinion sur une question. Un Trizacois a été applaudi lorsqu’il a rappelé que le manque de transparence dans la mise en place du projet éolien a beaucoup choqué de nombreux habitants de la commune et des alentours. Grâce à la participation active de nombreuses personnes du public, des intervenants précités et de Noël Fournet-Fayard, trésorier de l’association, le débat s’est prolongé jusqu’à 22h, pour se clôturer ½ h plus tard autour de rafraichissements.

Manifestation samedi 3 juin à Trizac

Malgré la délibération du Conseil municipal du 7 avril 2017, qui a voté CONTRE le projet éolien sur nos planèzes, Mme Alice Malga, Maire de Trizac, sans en avoir informé son Conseil, vient de donner un avis favorable à la « déclaration préalable » de la société Boralex (promoteur éolien) pour la pose d’un mât de mesure du vent à l’automne prochain.
Notre association, Vent des Planèzes de Trizac, organise une manifestation « coup de poing » samedi 3 juin : rendez-vous à 10h devant le monument aux morts (rue du Centre), puis nous irons vers la Mairie (150 m) à pied, à cheval, en voiture, en poussette ou en tracteur !
Merci de diffuser cette information et de venir nombreux nous soutenir, banderoles et panneaux sont aussi les bienvenus.

Alerte de l’Académie des Sciences sur les éoliennes !

La question de la transition énergétique est- elle bien posée dans les débats actuels ?
Les 20 membres du Comité de prospective en énergie de l’Académie des sciences, menés par Sébastien Candel, Président de l’Académie des Sciences, viennent de publier une alerte sur les risque majeurs engendrés par le  programme de la Transition Énergétique. Ce rapport de trois pages signé par 20 des plus hautes autorités scientifiques de la France dans le domaine des Sciences de l’énergie, discrédite l’éolien que le gouvernement actuel continue à considérer comme le pivot du futur mix électrique de notre pays.

« Le simple bon sens conduit à conclure qu’une production d’électricité qui garantit la consommation du pays nécessite la disponibilité des énergies « à la demande », celles qui ne souffrent pas de l’intermittence et auxquelles on peut faire appel en permanence. Pour les éoliennes, le facteur de charge moyen en France (rapport entre l’énergie produite et celle qui correspond à la puissance maximale affichée) est de 23 % il faut donc mettre en place des puissances plusieurs fois supérieures à la valeur répondant à la demande. »

« En termes de puissance, la situation est encore plus défavorable puisque le rapport de la puissance installée à la puissance garantie est de l’ordre de 20% pour l’éolien. C’est ce qui ressort des chiffres de production éolienne en   France, montrant que la puissance disponible issue de l’ensemble des éoliennes réparties sur le territoire tombe souvent à 5 % de la puissance affichée. Ainsi, un ensemble qui peut en principe fournir 10 GW ne délivre qu’un demi GW pendant une partie du temps. Cette variabilité nécessite la mise en œuvre d’énergies alternatives pour pallier cette intermittence et compenser la chute de production résultant de l’absence de vent ou de soleil. » 

Cette tribune met en lumière l’erreur stratégique de suivre aveuglément le modèle allemand :

« Le cas de l’Allemagne est exemplaire. En 2011 l’Allemagne décide de sortir du nucléaire, dont la contribution à la production électrique n’était que de 22 % en 2010, sortie qui en conséquence ne représente pas les mêmes défis qu’une sortie du nucléaire en France (75% d’énergie nucléaire). Six ans plus tard, la part du nucléaire est de 13 %, celle des renouvelables de 30 %, ce qui est remarquable, mais la part des combustibles fossiles reste de 55 %. C’est la croissance de l’offre intermittente d’électricité produite par les renouvelables qui a nécessité l’ouverture de nouvelles capacités de production thermiques à charbon  et un développement de l’exploitation du lignite. De sorte que l’Allemagne continue à être l’un des pays européens les plus gros émetteurs de CO2 pour un prix de l’électricité le plus élevé. On ne peut pas parler d’un succès. »

Vous pouvez télécharger le texte complet de ce rapport sur :  http://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/lpdv_190417.pdf

Bonjour !

Pour vous donner un idée de ce que représente une éolienne d’environ 200 m de haut, voici un montage qui compare celle du premier plan à l’église Saint Beauzire de Trizac (25 m de haut), à un buron (6-8m de haut), à un tracteur (3m) à une vache (1,6m) ou à un homme (1,8m) …