Pourquoi les éoliennes sont un leurre écologique ?

Les planèzes de Trizac, vues de la route des Montagnes vers le nord-ouest

Le vent est gratuit, le vent est renouvelable, le vent ne pollue pas. C’est tout à fait vrai, mais pour l’exploitation industrielle de l’énergie du vent, c’est malheureusement bien différent.

Pourquoi les éoliennes ne sont-elles pas efficaces ?

L’aérogénérateur, ou éolienne industrielle, transforme l’énergie du vent en électricité. Comme chacun sait, l’électricité ne se stocke pas, donc il faut en produire continuellement pour faire face aux besoins de la population. Seriez-vous d’accord pour que l’électricité soit coupée 3 à 4 fois par jour ou parfois pendant 3 jours sur 4, lorsqu’il n’y a pas de vent ? Cela signifie plus de lumière, plus de frigidaire ni de congélateur, plus de télévision, ni de connection Internet, ni de téléphone, ni, ni, ni …. et de nombreuses productions industrielles stoppées !

La même vue avec un photomontage de quelques éoliennes de 180m de haut, elles sont si grandes que la photo ne peut pas les montrer en entier …

Le vent est variable en force et en direction, il dépend principalement des mouvements complexes des dépressions ou des anticyclones. Donc l’énergie que l’éolienne produit est, comme le vent, aléatoire et imprévisible.

De plus, pour des raisons techniques ou de sécurité, les éoliennes ne peuvent pas fonctionner lorsque le vent est trop fort, lorsqu’il fait trop froid (risque de gelées) ou lorsqu’il fait trop chaud (risque de feu). Elles ne tournent donc pas en permanence.

Ainsi, RTE (le Réseau de Transport de l’Électricité, filiale d’EDF, promoteur d’éolien) estime que les éoliennes françaises n’ont produit que 22% de l’énergie maximale qu’elles auraient pu fournir si elles avaient tourné à plein temps dans les meilleures conditions de vent (calcul sur un an, entre juillet 2014 et juin 2015).

22% de rendement, au mieux, pas de quoi s’en vanter !

Mais en plus, lorsqu’elles produisent de l’électricité, cela ne correspond pas forcément aux moments où nous en avons besoin (et rappelons-nous que l’électricité produite ne peut pas être stockée). Les pics de consommation d’énergie sont essentiellement en hiver, lorsque les éoliennes ne produisent guère (car hiver = tempête = trop de vent, ou hiver = anticyclone = pas de vent, ou hiver = gel = arrêt systématique des éoliennes).

RTE estime que la production utile des parcs éoliens varie de 0% à 16% maximum, en 2016 les éoliennes ont produit 3,9% de l’électricité en France.

à peine 4% de nos besoins en électricité,
pas de quoi s’en vanter !

Pourquoi l’énergie produite par les éoliennes coûte-t-elle si cher à tous les Français ?

Parce que, pour promouvoir la construction de parcs éoliens, franchement pas très rentables d’après les résultats RTF, le gouvernement français a obligé son partenaire EDF à signer une convention qui l’oblige non seulement à acheter toute l’énergie fournie par les éoliennes industrielles, mais aussi à l’acheter au moins le double de son prix normal !

Et quelle solution EDF a adoptée pour acheter de l’électricité aussi cher ? EDF le fait payer à tous les Français en ajoutant, à la fin du détail de la facture, parmi les « taxes et contributions », une ligne « Contribution au Service Public d’Electricité (CSPE) ». Son taux est actuellement de 12 à 15% de votre facture, mais il doit passer à 30 % prochainement. Donc nous payons tous, chaque année, plusieurs dizaines, voire quelques centaines, d’euros pour la CSPE, qui permet de payer l’énergie éolienne 2 fois plus cher que la norme. La CSPE a rapporté en 2016 quelque 6 milliards d’euros qui sont passés, pour l’essentiel, dans la poche des promoteurs éoliens ! Vous trouvez cela normal que tous les français payent une taxe obligatoire (= un impôt) directement reversée à des entreprises multinationales ???

Pourquoi les éoliennes entrainent-elles une production supplémentaire de CO?

Comme nous l’avons compris, la production énergétique des éoliennes est intermittente et imprévisible, alors que la demande d’énergie est constante.

En France, la production d’énergie est essentiellement nucléaire, certes critiquable, mais elle ne produit pas de CO2.

En Allemagne (pays que les écologistes nous donnent en exemple pour sa transition énergétique), avec l’espoir de fermer des centrales nucléaires, de très nombreux parcs éoliens ont été implantés. Mais l’énergie produite étant aléatoire et imprévisible, alors que la consommation est constante et plutôt prévisible, il a fallu construire d’autres centrales à charbon ou lignite, très polluantes par le CO2  et les particules qu’elles émettent. N’oublions pas que ce sont les émissions de CO2  qui sont essentiellement responsables du réchauffement climatique. Il se traduit en France par une fréquence et une amplitude plus importante de tempêtes, sécheresses, inondations, canicules …

Résultats (sources RTE) :

  • La France, dont moins de 4% de l’électricité consommée provient de l’éolien, a émis en 2014 près de 19 millions de tonnes de CO2 avec l’ensemble de son parc de production d’électricité
  • L’Allemagne, dont 13% de l’électricité provient de l’éolien (environ 3 fois plus qu’en France), a émis en 2014 près de 350 millions de tonnes de CO2 (18 fois plus qu’en France) avec l’ensemble de son parc de production d’électricité.

 

Conclusion : plus l’Allemagne s’est engagée dans la transition énergétique en augmentant ses parcs éoliens, plus elle a dû construire des centrales à charbon, très polluantes, pour pallier les faiblesses de l’énergie éolienne (imprévisible et aléatoire).

Donc, NON, contrairement aux idées reçues, contrairement à ce que veulent nous faire croire certains écologistes ou les partis « verts », en y regardant de plus près, l’énergie éolienne entraine de nouvelles pollutions (gaz à effet de serre et particules) :

l’énergie éolienne n’est pas une solution écologique

Il n’est pas surprenant alors de constater que des pays qui ont une plus longue expérience que la France en matière d’énergies renouvelables, comme l’Allemagne, le Danemark, l’Espagne, le Canada, et de nombreux états américains, ont décidé de stopper le développement des parcs éoliens terriens chez eux, ou de mettre en place des moratoires sur leur développement.